Jeweller of the week : Catherine Le Gal


Comment en es-tu venue à faire des bijoux ?

Entre 25 et 35 ans j’ai beaucoup voyagé en Asie et j’ai été fascinée par les bijoux dits ethniques”. A l’époque je travaillais dans le conseil ; jamais je n’avais pensé qu’un jour je pourrais faire moi aussi des bijoux. Et puis petit à petit l’idée a muri…et un jour cela m’est apparu comme une évidence.

– Pourquoi l’Afedap ?

Je me suis renseignée sur les écoles existantes à Paris ; quelqu’un m’a parlé de l’AFEDAP dont c’étaient les portes ouvertes. J’y suis allée, l’école m’a plu et j’ai décidé de m’y inscrire.

– Qu’as tu découvert pendant ta formation ?

Enormément de choses auxquellles je ne m’attendais pas du tout.

D’abord l’immense joie de s’assoir sur un tabouret derrière un établi. J’avais fini mes études 12 ans plus tôt et, même si j’avais suivi des cours du soir ici et là, jamais je m’étais imaginé reprendre des cours à mi-temps et surtout dans un domaine tel que la création de bijoux . Il y beaucoup de plaisir lié au travail de la matière quelle qu’elle soit. Aujourd’hui encore je trouve cela magique.

Ensuite, ce qui m’a marquée est la découverte du bijou contemporain. Ceci grâce à Monika Brugger. Avant de suivre son cours je n’en avais jamais entendu parler (j’étais venue avec le désir de fabriquer des bijoux similaires aux bijoux afghans). Et ça a été comme une grande claque. Toutes les idées que j’avais en tête ont valsé.

Par ailleurs, le cours de création en deuxième année avec Brune Boyer m’a permis de vivre et d’intégrer les phases du processus de création: les premières idées qui jaillissent, les essais infructueux, la peur du vide avec l’angoisse associée et enfin la satisfaction de voir au bout du compte le résultat final.

C’est important de vivre cela à l’école pour commencer à apprivoiser ou au moins à accepter les moments de doute, les peurs du vide qui réapparaissent tôt ou tard quand on est seul.

Enfin, je dirais que cela m’a permis de déveloper une bonne dose de patience et de perséverance. On n’arrive pas à faire ce que l’on veut du premier coup. Alors il faut garder l’objet en tête et continuer, rectifier voire refaire,.

Quel bijou portes tu ?

J’aime porter une bague et un autre bijou qui peut être un bracelet manchette, un pendentif ou une broche.

Je porte souvent des prototypes pour les tester, voir s’ils sont agréables à porter, si les trouvailles techniques résistent bien.

Et aujourd’hui que fais tu ?

Je travaille sur une nouvelle série qui est le prolongement de mon travail de 2012

Peux tu nous parler des bijoux que tu créés ?

 Je travaille essentiellement l’acier que j’aime associer à l’or.

J’aime de plus en plus cette matière dont la texture peut se travailler de manières très différentes et qui a des propriétés que n’ont pas d’autres métaux comme l’or, l’argent ou le cuivre

De manière générale, j’aime travailler les textures et jouer sur les contrastes.

Quels sont tes projets ?

Continuer, chercher, découvrir…

Pour en découvrir plus : http://www.catherine-legal.com/#/home

ras de cou en acier patiné et or Catherine Le Gal 2011

ras de cou en acier patiné et or Catherine Le Gal 2011

Bague tout or Catherine Le Gal 2010

Bague tout or Catherine Le Gal 2010

Bague acier patiné et or Catherine Le Gal 2011

Bague acier patiné et or Catherine Le Gal 2011

Boucle d'oreille Catherine Le Gal 2011 acier patiné et or

Boucle d’oreille Catherine Le Gal 2011 acier patiné et or

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :