jeweller of the week – Clémentine Despocq


– Comment en es-tu venue à faire des bijoux ?

J’ai toujours été très manuelle, perle, fimo, j’en ai des boites remplies mais je n’avais jamais envisager d’en faire mon métier, peut-être que j’avais peur de me lancer.
Lorsque j’étais en première année en école d’art, j’ai commencer à parler « bijoux » pour un de mes projets, mais on m’a fait comprendre que le bijou n’avait pas sa place dans une école d’art.
Le rapport au corps/bijoux m’a toujours fasciné, on exprime tellement de chose en le portant sans pourtant dire un mot. Je suis d’un tempérament très têtu, et je crois que ce refus a été déclencheur pour moi, c’est devenu évident: mon moyen d’expression serait le bijou.

-Pourquoi l’AFEDAP ?

En fin de première année, j’étais sûre de mon choix alors sachant que mon école d’art n’acceptait pas cette spécialisation, je n’ai pas souhaité continuer dans cet établissement. Ainsi, j’ai passé différents concours et j’ai découvert l’AFEDAP. J’ai d’abord passé l’entretien et puis quelques jours plus tard je suis venue aux portes ouvertes: l’enthousiasme des élèves et des profs, et la profusion des travaux m’a définitivement convaincu.

-Qu’as-tu appris lors de ta formation ?

A utiliser tous les outils, je me souviens de mon premier jours de cours ou j’étais tétanisée en voyant ma malette et ne sachant pas à quoi allait servir toutes ces limes.
Bien sûr la technique mais j’ai aussi appris à me faire confiance, et assumer pleinement mes choix,
le choix du diplôme créateur indépendant bijou contemporain a été crucial, j’ai appris à exprimer ma personnalité à travers  mes pièces.
Et puis l’AFEDAP c’est aussi des rencontres, des personnalités très différentes avec qui on partage énormément.

-Quel est le bijou que tu portes ?

Mes plugs* aux oreilles que j’ai depuis 7 ans, j’ai parfois l’impression d’être née avec.
Et puis ce pendentif grelot que j’ai acheté aux puces en arrivant à Paris, j’aime le bruit qu’il fait quand je bouge.
Je n’ose pas encore porter ce que je fais.

-Et aujourd’hui tu es en Suisse….

Oui, je profite du bon chocolat…..
Je suis en seconde année à la Haute Ecole d’Art et Design de Genève, en section bijoux et accessoires. Cette formation vient complèter mes deux ans à l’AFEDAP, elle est plus orientée design.

-Après Paris, Genève, une idée ?

Je ne sais pas encore différents projets se dessinent, mais j’ai toujours comme objectif de « Simoniser »**  le monde, donc il faudra beaucoup voyager.

*boucles d’oreilles avec un large diamètre
** « Simoniser », expression en  référence à mon diplôme où chaque femme est une Simone en puissance: De Beauvoir, Signoret, Vieil.

"Simone" Clémentine Despocq tous droits réservés

collier "Elisabeth" Clémentine Despocq, tous droits réservés

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :